Recherches avancées

Vendredi 18 Août 2017




Newsletter

Vue 1886 fois   Dernière vue il y a: 7h 11mn 1s  || Partager:   Share

Erreur Cette annonce est expirée ; elle n'est affichée qu'à titre d'information!

Evaluation Finale du Projet « Le Développement des maisons de la culture au Niger » (# 6372)

(Publiée le: 08 mai 2017 à 12:38:36)

CISP
Consultation
16-05-2017
Expirée depuis 94 jour(s)

Consultation
Divers (Niger)
Divers
Suivi - Evaluation - Gestion...
Non précisé
Français


- Consultez les annonces par SMS en envoyant JOB au 6666 (seulement sur Moov actuellement)
- Recevoir les alertes via WhatsApp 1. Ajouter le +22790990330 dans vos contacts 2. Envoyer le mot-clé #Abo# suivi de votre nom (Ex.: #Abo#Sani) au +22790990330 via WhatsApp.


TERMES DE REFERENCE POUR EVALUATION FINALE DU PROJET

« Le Développement des maisons de la culture au Niger : espace vivant de valorisation du patrimoine culturel et de ses acteurs».

Code Projet DCI-HUM/2013/312/301

 

(14 novembre 2013 au 15 mars 2017)

 

Financé par l’Union Européenne au Niger et la coopération suisse, dans le cadre de l’appel restreint  Soutenir la culture en tant que vecteur de démocratie et de croissance économique.

 

 

Le CISP est une ONG de droit italien, crée en 1982 et officiellement établie en 1983, dont le siège social se situe à Rome. Le CISP est active au Niger depuis 2004 - dans un premier temps, par la mise en œuvre d’actions pour la réinsertion sociale et économique des migrants nigériens de retour. Depuis 2007, dans différentes régions du Niger, le CISP a développé un ensemble d’activités pour les jeunes et les femmes en situation de précarité économique et sociale, leur permettant de renforcer leurs capacités et le développement d’activité économique visant l’autosatisfaction des bénéficiers. En parallèle, le CISP a développé grâce à ses partenariats locaux une dynamique de rassemblement et de positionnement des jeunes, de la société civile, des professionnels de la culture autour des questions de citoyenneté et d’engagement pour le développement du Niger.

 

  1. CONTEXTE

Le projet intitulé « Le Développement des maisons de la culture au Niger : espace vivant de valorisation du patrimoine culturel et de ses acteurs », a été mis en place par le Contrat de subvention DCI-HUM/2013/312/301 conclu le 13 novembre 2013 entre la Délégation de l’Union Européenne en la République du Niger et l’ONG italienne Comitato Internazionale per lo Sviluppo di Popoli (CISP) pour un montant total de 990.616,00 Euros. L’équivalant à 80%, 790.616,00 Euros, financée par l’UE et le 20% restant a été cofinancée par la Coopération Suisse pour montant de 200.000 Euros. La mise en œuvre opérationnelle du projet couvre une période de vingt-quatre (40) mois qui a commencé à courir à compter du 13 novembre 2013 avec un avenant de quatre (4) mois qui prend fin le 15 mars 2017 et qui fait un total de quarante (44) mois.

 

Le « Développement des maisons de la culture au Niger : espace vivant de valorisation du patrimoine culturel et de ses acteurs» s’inscrit dans le cadre du « Programme de Développement Social et Humain » de l’Union Européenne dont l’un des objectifs est de « Soutenir la Culture en tant que vecteur de démocratie et de Croissance Economique ». Il s’intègre  dans le lot 2. « Renforcement des capacités des acteurs culturels pour le développement d’un secteur culturel dynamique contribuant à la croissance économique et au développement durable ».

 

L’ensemble du « Programme de Développement Social et Humain » est inspiré de cadre stratégique de l’Union Européenne intitulé «Investing in People» c’est un instrument d’action complémentaire conçu par la Commission de l’Union Européenne pour sous-tendre les programmes nationaux et régionaux, lorsqu’ils existent, tout en servant de catalyseur au changement dans les pays où de tels programmes n’existent pas. Il peut également jouer un rôle dans les États les plus fragiles et les pays qui sortent d’un conflit en venant compléter les initiatives financées dans le cadre de l’assistance humanitaire. La valeur ajoutée du programme réside dans sa capacité à soutenir et à formater l’agenda politique d’initiatives mondiales qui bénéficient directement aux pays partenaires de la CE. Il fournit une plateforme mondiale d’identification et d’échange d’expériences, d’innovations et de meilleures pratiques entre des pays qui se trouvent face à des défis similaires au niveau social et du développement humain ainsi qu’avec des pays qui sont à des niveaux de développement différents afin de répondre à des besoins sévères en matière sociale et de développement humain dans les pays dont les indicateurs OMD sont les plus critiques.

 

La stratégie de réponse est guidée par l’objectif consistant à fournir une aide supplémentaire aux pays partenaires de la CE dans leurs efforts en vue d’atteindre les OMD relatifs au développement humain et social grâce au financement d’une action thématique apportant une valeur ajoutée aux mesures adoptées par les pouvoirs publics au niveau national, en plus de la coopération géographique. L’instrument adopte une approche générale vis-à-vis du développement, de la réduction de la pauvreté et de la cohésion sociale, et couvre toute une gamme de questions transversales qui ne peuvent être abordées de manière efficace qu’au moyen d’une action simultanée, cohérente, coordonnée et néanmoins ciblée

 

La vision indiquée dans l’instrument ainsi les orientations politiques nationales et régionales ont conduit l’ONG CISP en partenariat avec l’ONG DIKO, Alternatives Espaces Citoyens (AEC) et le Ministère de la Culture, des Arts et de Loisirs (actuel Ministère de la Renaissance Culturel, des Arts et de la Modernisation Social) à développer dans le cadre  des activités, la promotion des droits individuels et collectifs d’accès à la culture, la création et diffusion des expressions culturelles nigériennes, la valorisation des artistes régionaux et le soutien à la diversité culturelle et le développement social et économique de la jeunesse.

 

  1. INFORMATIONS GÉNÉRALES DU PROJET

L’objectif général du projet est d’améliorer les conditions économiques, sociales et culturelles des populations du Niger par la promotion et la valorisation du patrimoine culturel en tant que vecteur de démocratisation, de diversité et de développement économique. D’une part, le projet s’appuie sur les Maisons de la culture (MdC). Afin qu’elles deviennent des lieux de promotion, de valorisation et de protection du patrimoine culturel dans un contexte où très peu de cadres propice à la culture existe. D’autre part, l’action investit sur les ressources humaines de la culture : les artistes, les professionnels de la culture, les cadres institutionnels, les associations d’artistes - elle vise à mettre en adéquation l’offre artistique avec la demande des Maisons de la Culture et des autres espaces culturels.

L’objectif spécifique est développer un cadre propice à la créativité et à l’innovation pour valoriser le patrimoine culturel en s’appuyant sur le renforcement en technique, en pédagogie, en entrepreneuriat et en communication des acteurs du patrimoine culturel et sur le développement de synergies professionnelles, tout en accompagnant la prise de conscience des potentiels multiples de l’industrie culturelle et créative au niveau national.

Le projet détermine un certains nombres d’activités qui contribuent à l’atteinte des résultats sous mentionnés. En correspondance avec le cadre logique, chacune des actions va être détaillée, elles seront aussi reprises dans le chronogramme de l’Action en respectant les phases de préparation et d’exécution.

 

L’action est structurée en trois résultats principaux :

Les trois résultats de l’Action sont complémentaires et concourent à l’ensemble de la « chaîne » du développement de la culture à savoir l’accompagnement à la création, la production, la distribution, la commercialisation et la consommation. Alors que le résultat 1 concerne essentiellement le renforcement de capacités des MdC, le résultat 2 investit sur les artistes et leur insertion professionnelle et le résultat 3 quant à lui vient consolider l’apport de la culture en tant que moteur de l’économie, de la démocratisation et du développement durable.

 

Résultat 1 : Les 20 maisons de la culture sont renforcées et proposent de manière régulière un agenda d’activités culturelles liées au Patrimoine.

A1.1 Formation des gestionnaires de la culture en programmation culturelle.

A1.2 Mise à disposition d’un équipement approprié pour les évènements culturels pour 20 maisons de la culture.

A1.3 Création/renforcement d’un réseau d’acteurs culturels.

A1.4 Appui au renforcement de l’environnement réglementaire, politique, juridique et économique des Maisons de la culture.

 

Résultat 2 : Les capacités d’innovation, de créativité et les compétences en entrepreneuriat des artistes et des professionnels du patrimoine culturel au Niger sont renforcées et leur situation socio-économique est améliorée.

A2.1 Identification des porteurs de projet.

A2.2 Organisation de Formations/Ateliers pour les artistes et professionnels de la culture en pédagogie, en créativité et en entrepreneuriat.

A2.3 100 subventions pour mener des activités culturelles génératrices de revenus pour les artistes et/ou professionnels de la culture.

 

Résultat 3 : Les potentiels de l’industrie culturelle et créative au Niger sont encouragés et valorisés, les artistes et professionnels nigériens accèdent au marché sous régional.

A3.1 Organisation d’échanges entre professionnels (nationaux et internationaux) pour un transfert de connaissances et un échange de savoir-faire / organisation de tournées dans les maisons de la culture.

A3.2 Accès à internet et aux réseaux sociaux pour les Maisons de la culture et les acteurs culturels.

A3.3 Formation des journalistes culturels.

A3.4 Communication (reportage télévisé et radio) sur la culture au Niger et présentation de portraits d’artiste nigérien.

 

Les publics-cibles 

Les bénéficiaires finaux sont les citoyens des 6 régions et plus particulièrement les jeunes (15-35 ans). Cependant  Les groupes-cibles directs sont :

 

Environ 245 artistes et professionnels du secteur artistique et culturel répartis dans toute la zone d’intervention. Ces artistes et professionnels seront : les artistes de la musique, des arts visuels, des arts plastiques, des arts scéniques, de la mode, de la littérature et la tradition orale et les artisans.

31 Maisons de la culture (MDC) et  Centres de Jeunes (CDJ), environ 150 ressources humaines qui gravitent en leur sein. En ce qu’elles sont des lieux publics de culture et qu’elles sont présentes dans tous les départements du Niger, elles constituent une bonne base de travail permettant d’améliorer l’accès à la culture de proximité.

26 journalistes culturels : ces derniers sont quasi inexistants au Niger, très peu de communication sur la culture sur le mass média ou sur des supports spécialisés existe au Niger. Le développement du secteur culturel passe par le développement des circuits de communication pour lesquels les journalistes détiennent un rôle important.

50 agents du Ministère en charge de la culture et de la Jeunesse ou le personnel en charge de la culture au sein des Communes : au Niger la Culture est partagée entre plusieurs directions du Ministère qui regroupent la culture, la jeunesse et l’entrepreneuriat

 

  1. LIEU(X) DE L’ACTION 

L’Action est mise en œuvre dans 6 régions du Niger et parmi les espaces culturels suivants :

 

Région de Diffa : (1) Maison de la Culture Maine Soroa, (2) Maison de la Culture de Diffa, (3) Maison de la Culture de N’Guigmi.

Région de Zinder: (4) Maison de la Culture de Gouré, (5) Maison de la Culture de Magaria, (6) Maison de la Culture de Mirriah, (7) Maison de la Culture de Matamèye, (8) Maison de la Culture de Tanout.

Région de Maradi : (9) Maison de la Culture de Madarounfa, (10) Maison de la Culture de Aguié, (11) Maison de la Culture de Tessaoua, (12) Maison de la Culture de Dakoro, (13) Maison de la Culture de Mayahi, (14) Maison de la Culture de Guidan – Roumji, (15) Maison de la Culture de Tibiri, (16) Maison de la Culture Bawa dan Wardanga  de Maradi.

Région de Niamey : (17) Centre de Jeunes de Talladjé, (18) Centre de Jeunes de Karadjé, (19) Centre de Jeunes de Boukoki, (20) Centre de Jeunes de Lacouroussou, (21) Centre de Jeunes de Kalley Sud, (22) Centre de Jeunes de Douda Zeno (Aeroport), (23) Centre de Jeunes de Yantala, (24) Centre de Jeunes de Jangorzo, (25) Centre Culturel 'Oumarou Ganda', (26) Maison de Culture 'Djado Sekou'.

Région de Dosso : (27) Maison de la Culture de Dosso, (28) Maison de la Culture de Gaya, (29) Maison de la Culture de Doutchi.

Région de Tillabéry : (30) Maison de la Culture de Tillabéry, (31) Maison de la Culture de Kollo.

 

La délimitation de la zone d’intervention tient compte :

1) Les zones d’intervention habituelles de la Coopération Suisse ;

2) Les activités culturelles planifiées par le CISP et DIKO dans le cadre de l’Instrument de Stabilité II (IDS-II), financé par l’UE avec la Haut Autorité à la Consolidation de la Paix (HACP) comme maître d’ouvrage et démarrés au cours de janvier 2014 ;

3) Les activités de renforcement de capacités  planifiées par CISP-DIKO-AEC dans le cadre du projet « Le développement des maisons de la culture au Niger : espace vivant de valorisation du patrimoine culturel et de ses acteurs » cofinancé par l’UE.

 

  1. OBJECTIF  DE L’EVALUATION

L’enjeu recherché ici pour cette évaluation est d’appréhender la qualité de la démarche mise en place et de prendre du recul vis-à-vis de l’action afin de déterminer des perspectives d’amélioration. Ainsi démarche de l’évaluation devrait consister à donner de la valeur, prendre du recul, émettre un constat sur une situation, et émettre des suggestions/recommandations, au regard des objectifs de départ et des finalités de l’action. Le résultat de l’évaluation sera utilisé dans le partage de l’expérience et pour le développement du secteur et pour ce faire l’évaluation doit s’intéresser à l’ensemble des acteurs et bénéficiaires du projet.

 

Points principaux de l’évaluation :

-          Apprécier la pertinence et l’efficacité de l’utilisation des ressources en référence aux résultats attendus de la mise en œuvre du projet (analyse de la pertinence des résultats par rapport aux priorités nationales, analyse de l’efficacité dans la mise en œuvre, approche d’intervention, communication, outils de travail, méthodes de planification, suivi et évaluation) ;

-          Faire une analyse de l’état de réalisation des activités et dégager les points forts, les points faibles et contraintes et les leçons pour une extension ou une duplication de la démarche et des actions du projet pour le développement du secteur ; 

-          Faire une analyse de type de consortium dans la mise en œuvre de l’action afin de tirer des leçons pour l’amélioration des initiatives concertées ;

-          Identifier des éléments en vue de partage d’expérience ;

-          Produire un exemple de démarche de partage et de vulgarisation de l’expérience ;

-          Développer une approche analytique sur de la stratégie de la mise en œuvre du projet ;

-          Voir si les produits attendus ont été réalisés et les résultats atteints, et comment ils l’ont été en référence aux prévisions du document de projet ;

-          Identifier les contraintes opérationnelles, institutionnelles, techniques ou autres auxquelles le projet a eu à faire face ;

-          Identifier les opportunités et défis pour le projet ;

-          Identifier les leçons (positives et négatives) qui peuvent être tirées du processus de mise en œuvre et de suivi ainsi que de l’implication des partenaires et bénéficiaires ;

-          Identifier les actions nécessaires pour assurer l’extension du projet ou sa duplication.

 

Points spécifiques de l’évaluation :

-          Identifier et analyser les impacts réels au niveau des groupes cibles ;

-          Nommer les initiatives encourageantes et novatrices pour le projet ;

-          Analyser le degré d’appropriation de l’action par les bénéficiaires ;

-          Identifier des exemples d’actions initiées par les bénéficiaires.

 

  1. PROFIL RECHERCHE

Une personne morale (cabinet d’étude) ou physique qui présente une expertise avérée en gestion, suivi et évaluation des projets notamment le projet de développement et ayant bonne maitrise de l’approche socio anthropologue. La connaissance des programmes et politiques sectorielles dans le domaine de la culture et de l’économie culturelle est un atout.

 

  1. PERIODE ET DUREE

Période de démarrage : 22 mai 2017

Période de fin : le 14 juillet 2017.

Echéance ou durée prévue : 1 mois et 24 jours.

Lieu(x) des prestations : Diffa/Zinder/Maradi /Dosso/Niamey et Tillabéry.

 

  1. RAPPORT

Le rapport d’évaluation est composé d’une note de démarrage, d’un rapport provisoire (produit au plus tard le 1 juillet 2017) et le rapport final  produit au plus tard le 14 juillet 2017.

Lors du rapport final, il sera remis au CISP l’ensemble des œuvres ou outils crées sous format électronique et en papiers.

 


Voir les Conditions ci-dessous
  1. INFORMATIONS ADMINISTRATIVES

Soumission :

Le candidat doit  soumettre une proposition avant le 16 mai 2017 contenant :

Une proposition technique incluant une méthodologie succincte et un chronogramme ;

Une offre financière;

La soumission sera effectuée par email aux adresses suivantes :  cispniger@gmail.com / cispniger.ids.chefprojet@gmail.com et en papiers à déposer aux bureaux du CISP Niamey.

 

9. CONTACTS

Mme MARTA ABBADO

Représentante Légale CISP Niger

cispniger@gmail.com

+ 227 96 01 54 56

Mme SANDRA FERNÁNDEZ

Chef Programmes Culture

Cispniger.ids.chefprojet@gmail.com

+ 227 99  85 82 76

M. LAWALI AMADOU

Assistant à la coordination CISP

cispniger.ass.coord@gmail.com

+22792 18 36 13

 

 

 
CISP
cispniger@gmail.com,cispniger.ids.chefprojet@gmail.com
Du même recruteur: CISP

Accueil ImprimerEnvoyer à un ami

A la Une:
Bourses DoctoralesCESAG - Bourses DoctoralesAnglais Professionnel PratiqueStatDev - Anglais Professionnel Pratique